Famille,  Immunité,  Intestin,  naturopathie

L’intestin : organe clé de votre immunité

Intestin

Saviez vous que 70% de vos cellules immunitaires se situent dans votre intestin?

Notre intestin constitue la plus grande interface que présente notre organisme avec le monde extérieur. Il est donc loin d’être un organe uniquement dédié au transit des aliments. 

D’ailleurs plutôt que de parle d’intestin on devrait plutôt parler d’écosystème intestinal où plusieurs éléments agissent en synergie.

C’est l’ensemble de cet écosystème qui intervient dans le processus de défense immunitaire.

Lumière intestinale et microbiote

Le microbiote

La flore ou microbiote intestinal est un ensemble des micro-organismes non pathogènes (principalement des bactéries) qui colonisent le tube digestif humain. 

Il assure une partie de la digestion des aliments, en synthétisant des vitamines essentielles, ou bien en participant à la maturation du système immunitaire.

La muqueuse intestinale

La muqueuse de l’intestin, la plus fine du système digestif, s’occupe des fonctions de digestion, assimilation et tolérance. C’est elle qui joue le rôle de barrière physique, empêchant la colonisation des tissus par les micro-organismes pathogènes.

Cette fonction de barrière est d’abord assurée par la formation de jonctions serrées entre cellules épithéliales. Les jonctions régulent le flux d’eau et de petites molécules et empêchent le passage de micro-organismes ou d’antigènes dans les espace inter-cellulaires. L’absorption des nutriments se fait au travers des cellules ou bien entre les cellules au travers de ces jonctions.

Cette barrière physique est consolidée par le mucus, qui forme une couche protectrice à la surface de l’épithélium.

Dans des conditions normales, les cellules de l’épithélium intestinal sont collées ensemble par des jonctions et ne laissant passer que les nutriments nécessaires.

Quand les jonctions sont endommagées, elles se disjoignent et laissent passer des molécules indésirables. C’est ce que l’on appelle l’hyperperméabilité intestinale.

Immunité

L’immunité intestinale

Le système immunitaire constitue un ensemble coordonné d’éléments de reconnaissance et de défense qui différencie le « soi » du « non soi ».

Notre autonomie immunitaire est héritée à la naissance mais elle est en perpétuellement adaptation et évolue dans le temps en fonction de notre environnement et entre autres l’ingestion des aliments nécessaires pour grandir et se développer.

L’immunité intestinale est organisée tout au long du tube digestif. Il s’agit du GALT (Gut associated Lymphoïd Tissue) . C’est une surface immense qui contient plus de lymphocytes que tous les organes lymphoïdes de l’organisme.

Les cellules du GALT sont les chefs d’orchestre du système immunitaire.

Le système nerveux entérique

L’intestin possède son propre cerveau que l’on appelle le système nerveux entérique.Il abrite près de 200 millions de neurones, c’est l’organe le plus riche en neurones après le cerveau.

Le système nerveux entérique est sous l’influence du système nerveux central par l’intermédiaire du nerf vague. Il contrôle les activités motrice, vasculaire et sécrétoire du tube digestif. Le microbiote et le cerveau sont alors étroitement connectés.

C’est par ce système nerveux entérique que notre corps va être capable de contrôler et réguler l’inflammation générée lors d’une activation du système immunitaire.

intestin-cerveau

Tous ces piliers communiquent en permanence les uns avec les autres. Ainsi , la rupture du bon fonctionnement d’un des éléments peut dérégler de l’ensemble du sytème.

Cause et conséquence de la rupture de l’écosystème intestinal

Le microbiote se déséquilibre

Lorsqu’il y a un déséquilibre du microbiote intestinal on parle de dysbiose intestinale. 

Cette dysbiose est caractérisée par une modification de la composition du microbiote intestinal et une perte de sa diversité. Les bonnes bactéries diminuent au profit des bactéries pathogènes.

Certains éléments ont une influence considérable sur le microbiote intestinal : le mode de naissance et d’allaitement, l’alimentation et l’hygiène de vie, la prise d’antibiotiques, la constipation chronique, les infections. Mais également un élement majeur : l’exposition et la réaction au stress.

Au niveau intestinal, la dysbiose s’exprime de manière très concrète par les humeurs singulières de notre ventre : la diarrhée, la constipation, l’inconfort intestinal,les gaz, les ballonnements, un reflux gastro-intestinale,…

Hyperperméabilité intestinale - Quand la muqueuse devient poreuse

Si le microbiote est déséquilibré il laisse passer de nombreux agents pathogènes ou éléments d’une digestion incomplète à travers la muqueuse intestinale. Une inflammation s’installe mais également aussi d’une perte d’étanchéité de la muqueuse. 

La fermeture des jonctions serrées, qui assure l’intégrité de la muqueuse intestinale, est très facile à endommager. L’intestin devient alors une véritable “passoire”, il laisse passer un grand nombre de substances éliminées en temps normal entraînant une réaction de sensibilisation qui met l’organisme en situation d’inflammation chronique. 

Conséquence : le système immunitaire sous  la muqueuse peut se dérégler et s’ activer ce qui peut engendrer une réponse inflammatoire excessive. 

Un système mis à mal par le stress

Mais le stress influe aussi directement l’état du microbiote intestinal. Les bactéries du microbiote peuvent réagir directement aux signaux de stress sécrétés par le système nerveux autonome (adrénaline et noradrénaline). 

Le stress influe directement sur la croissance et la virulence des bactéries pathogènes en faisant basculer l’équilibre vers les bactéries négatives et mènent à une dysbiose.

Le système nerveux entérique mis à mal ne joue plus son rôle de régulation de l’inflammation.

Conclusion

Vous comprenez donc maintenant l’importance de maintenir nos intestins en bonne santé pour entretenir notre système immunitaire mais bien au delà.

L’intestin est au coeur de nombreuses pathologies inflammatoires, allergiques, diabète de type 2 et obésité dans lesquels on retrouve des anomalies de fonctionnement du  système immunitaire.

Sources images

M/S. Médecine sciences [ISSN papier : 0767-0974 ; ISSN numérique : 1958-5381], 2014, Vol. 30, N° 3; p. 253-257

 

The Compromised Intestinal Barrier Induced by Mycotoxins 

by Yanan Gao, Lu Mena, Huimin Liu, Jiggi Wang, Nan Zheng 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *